Archives du mot-clé régulateur

La vérité sur le trading des particuliers, les courtiers et les formateurs ?

Si je cherchais à payer une formation pour apprendre le trading et face à la multiplicité des offres présentes sur internet, facebook, twitter, youtube etc…., j’aurais aimé avoir visionné au préalable la conférence, dont le lien figure en bas de page, intitulée « Anton Kreil Annihilates Retail Brokers and « Trading Educators » « .

Cette conférence est dispensée par Anton Kreil, ancien trader chez Goldman Sachs, qui a lui même créé sa formation que je ne connais pas et sur laquelle je n’ai par conséquent aucun avis.

Pour les non anglophones, je me suis livré à une traduction/synthèse qui, sans être parfaite, transcrit les principaux points clés de la conférence. J’espère qu’elle apportera un complément d’informations aux questions que tout apprenti trader peut légitimement se poser.

Si vous avez des avis conformes ou non conformes à ce que dit l’auteur, utilisez les commentaires pour présenter votre point de vue qui sera visible de tous les lecteurs.

Avertissement J’ai souhaité transcrire l’exposé d’Anton Kreil de la façon la plus littérale, objective et neutre possible sans prendre parti sur les propos de l’auteur qui lui sont personnels et dont je ne saurais garantir l’exactitude ou l’inexactitude :

Pourquoi s’intéresse t’on au Trading?

  1. Parce qu’on participe tous à l’économie
  2. Pour vivre une vie confortable à la retraite, il faut investir dans des fonds de pension. Problème :les fonds de pension ont échoué à valoriser le capital.

Comment fonctionne l’industrie ?

La plupart des traders particuliers ignorent la façon dont sont gérés les fonds par les professionnels.

Qui possède les plateformes d’échange?

-Intercontinental Exchange ICE: Nyse et Euronext

-Chicago Mercantile Exchange CME : Chicago Board of Trade CBOT, New York Mercantile Exchange NYMEX, COMEX

CONCLUSION : situation de monopole

Le régulateur est toujours passif et réagit après coup.

  • Exemple : abolition des CFD en 2010 aux États-Unis
  • Exemple : abolition des IB contracts en 2010 à Singapour ie. Affiliation. Conflit d’intérêt.

La volatilité

La volatilité est le sang du trader. Sans volatilité il n’y a ni risque ni opportunité.

Il y a moins de volatilité à cause :

  1. Des politiques monétaires
  2. De la technologie et des algorithmes
  3. Du nombre de participants. Il y a plus de participants donc plus de liquidité donc moins de volatilité donc moins d’opportunités pour faire du cash.

CONCLUSION depuis 6,7 ans on ne peut plus trader de la même façon qu’auparavant. Il y a moins d’opportunités sur des horizons court terme.

Question stupide: je suis un day trader sur le Forex est-ce que votre institut peut m’aider ?

Question stupide car il faut d’abord apprendre à trader tous les actifs sur tous les horizons de temps.

Si une stratégie ne marche pas pendant un certain temps on peut switcher sur une autre stratégie.

Différence trader professionnel / trader particulier

  1. Le trader professionnel
  • A une approche systématique et une gestion longue et courte. 80 % de fondamental 20 % de technique.
  • Est diversifié et gère son risque. 10 à 20 positions longues ou courtes qui représentent chacune 5 à 10 % de la taille du portefeuille. Volatilité du portefeuille de 12 % et rendement de 15 %.
  • Rendement à long terme. Le trader professionnel a pour objectif de trader maintenant jusqu’à sa retraite. Dépasser la performance du marché n’est pas son objectif. Il travaille avec cohérence. il se moque de battre le marché.
  • Objectif de préserver le capital. De gérer un portefeuille.

Le trader professionnel travaille avec cohérence. Il n’a pas de mandat pour battre le marché. Cela veut dire que son rendement est adapté au risque.

Qui est le meilleur trader ?

  • Trader numéro 1 il prend 50 % de risque par an et gagne 25 % de rendement par an.
  • Trader numéro 2 il prend 10 % de risque par an et gagne 16 % de rendement par an.

Conclusion : il faut investir sur le trader numéro 2

  1. Le trader particulier
  • Veut travailler le marché en directionnel en travaillant sur des unités courtes.
  • Risque excessif : un compte de particulier typique a 3 positions: long GBP USD short SP500 et long son action favorite en perte de 50 % depuis 3 ans… Beaucoup de traders particuliers ont des comptes dormants et payent des frais d’inactivité au broker
  • Essaye de gagner beaucoup sur des nouvelles comme les non farm payrolls. Il prend des trades en réaction aux nouvelles. Le trader professionnel a déjà prédit les chiffres (Whisper number) et le trader particulier ne fait qu’apporter la liquidité qui permet au trader professionnel de sortir de son trade.
  • Destruction du capital.

Conclusion :

  1. Trader professionnel : attentes réalistes, devenir riche lentement, ses cibles atteintes correspondent à ses attentes, il veut trader pour toujours au moins jusqu’à la retraite. Son broker est une banque d’investissement.
  2. Trader particulier. Attentes trop élevées et irréalistes, il reste pauvre ou le devient rapidement.

Question : comment le broker du trader particulier peut gagner de l’argent si 90 % des traders particuliers sont perdants. 30 à 50 % des bénéfices réalisés sur les pertes des clients sont réinvesties en marketing pour acquérir de nouveaux clients.

Question : Que fait le broker particulier s’il a 9000 clients qui perdent de l’argent sur 10000. Réponse : il prend les trades contraires aux clients. Il y a donc un énorme conflit d’intérêt. L’objectif du particulier est de gagner de l’argent ce n’est pas l’objectif du courtier.

Remarque : aux États-Unis les CFDs sont interdits donc les citoyens américains utilisent des options pour utiliser un levier sur les marchés financiers.

Le phénomène 90 90 90 : 90 % des traders particuliers perdent 90 % de leur capital en 90 jours.

La marge déposée est le montant de capitaux que l’on dépose sur son compte de trading. elle est utilisée comme collatéral pour nous permettre d’emprunter (levier) quand on trade sur des CFDs (ou spread betting).

Quand on trade avec des CFDs on ne possède pas le sous-jacent.

On possède un contrat dérivé appelé ainsi car le prix du contrat est dérivé du prix du sous-jacent qui est supposé être son miroir.

Quand on trade sur la plateforme du courtier on achète où on vend le contrat et non pas le sous-jacent.

La marge initiale est ce que l’on dépose au début sur son compte.

La marge variable est ce qui est utilisé comme collatéral sur les positions en cours qui utilisent du levier.

À la fin de la journée si on achète un contrat et que l’action va en notre faveur le courtier paye la différence sur notre compte c’est le contrat pour la différence. A l’inverse le courtier enlève de l’argent de notre compte si on perd de l’argent et si notre marge tombe à zéro on a un margin call et on doit déposer de l’argent sur son compte et si on ne peut pas le compte est clôturé.

Habituellement le forex nécessite une marge de 1 % ce qui veut dire que si on prend une position de 100000 dollars sur le Forex notre marge variable est de 1000 dollars.

Si on perd 1 % sur une position de 100000 dollars on perd 1000 dollars. Si notre marge initiale est de 1000 dollars cela signifie que notre levier et de 100 et si on perd 1 % on perd 100 %.

Si notre marge initiale est de 10000 dollars et qu’on prend une position de 100000 dollars sur le Forex. Notre marge variable de 1% ie. 1000$ dollars est 10 % de 10000. Notre marge utilisée est 10 %. Si on perd 1 % sur une position de 100000 dollars donc 1000 dollars on perd 10 % de sa marge initiale.

Habituellement la marge nécessaire pour les indices les actions les matières premières et les ETF est de 10 % ce qui veut dire que les positions prises ont un levier de 10 fois.

Spread et commission ie. Comment l’industrie fonctionne et comment elle est construite pour que les traders particuliers échouent ?

Revenu du broker = spread + commission + taux d’intérêt + gain OTC

  • Le spread est le gain réalisé sur l’écart avec le sous-jacent
  • La commission est le gain réalisé en ajoutant un pourcentage sur le spread
  • Le taux d’intérêt (financing turn) est le gain de la différence entre les coût des sommes empruntées au banquier et investisseurs pour financer le levier de trading et le pourcentage facturé au client. Le broker a une ligne de crédit auprès d’une banque d’investissement. Par exemple, il emprunte 250 millions de dollars à 2,75 % par an et en offre du crédit (la marge) (donc du levier) au trader particulier à un taux de 3,75 % par an. Ce crédit est négocié en utilisant le compte du trader particulier. En déposant de l’argent sur son compte le trader particulier sponsorise la capacité du broker à emprunter puis prêter de l’argent au trader particulier à un taux plus important… concrètement le trader particulier finance lui-même le taux d’intérêt. Si le broker veux emprunter 250 millions de dollars‚ la banque va lui demander de déposer 300 millions de dollars‚ les 50 millions de différence représentant les pertes supérieures à la marge initiale des traders particuliers.
  • Le gain OTC est le gain sur les trades pris contrairement aux positions des clients.

CONCLUSION : pourquoi le courtier veut me prêter à moi un complet étranger plus de 100 fois le montant de mon compte de trading ??? La réponse est donc évidente. Parce qu’il a un ratio de gain de 90 % sur les trades perdants de ses clients.

Le broker utilise sa ligne de crédit pour encourager les traders particuliers à trader avec du levier aussi souvent que possible et prennent les positions contraires à leurs clients.

Les 10 % de traders gagnants pose un problème au broker car il doit hedger leur position: il mobilise donc deux fois plus de capital que pour le trader perdant.

Formateur de trading

Entre le broker et le trader particulier s’interpose le formateur de trading qui détient un IB agreement (introducing broker agreement). Gros conflit d’intérêt.

Distinction entre « Smart money » et « Dumb money » (ou argent « intelligent » des professionnels et argent « stupide » des particuliers)

Smart money (traders professionnels)

  • Ils savent comment les marchés financiers fonctionnent
  • Ils comprennent qu’il y a des conflits d’intérêts
  • Ils évitent de trader de la façon dont les acteurs des conflits d’intérêts souhaitent les voir trader
  • Ils font l’inverse des traders particuliers

Dumb money (retail trader)

  • ils croient tout ce qui leur est raconté sur les marchés par les participants des conflits d’intérêts
  • Ils croient que le système a été conçu pour leur profiter
  • Ils tradent comme leur préconise de trader les participants au conflit d’intérêt
  • Ils font l’inverse de ce que font les traders professionnels

CONCLUSION : le Smart money a besoin du Dumb money pour exister. Le Smart money prédit le futur. Le Dumb money réagit au présent. Exemple des non farm payrolls.

La plus grosse partie des honoraires des places d’échanges est versée par les banques d’investissement, les hedge funds et les fonds de pension. Wall Street travaille ensemble.

6 à 7 des banques d’investissement contrôlent 90 % des échanges.

Aux États-Unis les particuliers n’utilisent pas les CFD qui sont interdits mais les options. or ils ne savent pas calculer la volatilité des options. En outre les options ont une date d’expiration. Souvent les particuliers achètent ou vendent une option au lieu du sous-jacent mais l’option expire trop tôt alors qu’ils auraient eu raison. Il y a un gros risque d’acheter une option nue c’est-à-dire sans détenir l’action sous-jacente donc dans une logique purement spéculative et non de couverture. Or le risque de Gap sur les actions rend très dangereuses les stratégies sur Options nues.

Mensonge et « BS » dans l’industrie

Tout est fait pour apprendre aux particuliers de mauvaises façons de trader à savoir la façon dont le système veut que le particulier trade. Pour que les membres du conflit d’intérêts soient payés.

Les brokers fournissent à des personnes qui se présentent comme formateurs des contrats pour les rémunérer. Les formateurs sont des apporteurs d’affaires au broker.

Mythes perpétués par les brokers et les formateurs charlatans >>> Réponses

  1. Le day trading marche tout le temps >>> c’est du volume garanti tous les jours pour le broker et le formateur
  2. Il faut mieux ne pas conserver les trades overnights et les couper avant clôture>>> ça rapporte deux fois le spread et les commissions.
  3. On peut faire un revenu tous les mois en trading >>>
  4. Le trading est facile il suffit de suivre les lignes d’analyse chartiste >>> le formateur n’a aucun processus systématique et ne sait pas trader
  5. La psychologie est la chose la plus importante en trading >>> idem le formateur n’a aucun processus systématique et ne sait pas trader
  6. Il suffit juste de respecter le money management pour gagner >>> idem
  7. Tous les messages de « lifestyle », de marketing, de promesse de richesse >>> idem

CONCLUSION :

  • Quand le désespoir rencontre le conflit d’intérêt il n’y a que des mauvaises choses qui arrivent
  • Tout est fait pour détourner votre attention de la vérité qui est que les gens qui enseignent perdent de l’argent.

Les bonnes règles en pratique

  1. IB Agreement que le broker/formateur doit fournir
  2. Historique de régulation. Si un gérant de portefeuille n’a pas d’historique concernant la régulation ça veut dire qu’il n’est pas un professionnel, qu’il n’a pas géré l’argent pour compte de tiers. C’est un document fourni par une autorité de régulation comme la FCA qui décrit le parcours professionnel et le poste occupé par le formateur trader gérant.
  3. Vérifier s’il a souscrit un abonnement Bloomberg qui coûte 25000 dollars par an

La grande majorité des formateurs de trading qui prétendent être des professionnels sont en réalité des traders particuliers. Ils prétendent être des professionnels en créant de toute pièce une vie artificielle, comme avoir transformé 10000 dollars en un million de dollars en peu de temps. S’ils ont travaillé dans un hedge funds c’est sans doute pour apporter le café ou qu’ils ont travaillé à des fonctions support ou informatique.

Pour avoir travaillé dans un hedge fund il faut :

  1. Un fond offshore enregistré, typiquement aux îles Caïmans dans 80 % des cas.
  2. Une société de gestion onshore généralement à New York Londres Genève Singapour Hong Kong Sydney, qui a signé un contrat avec le fond offshore pour gérer les fonds. La société de gestion perçoit des honoraires pour la gestion (1% à 2%) et des honoraires de performance (20%)
  3. Un administrateur tierce partie. Il vérifie que la société de gestion gère les fonds conformément au mandat donné par les investisseurs.
  4. Un contrat de prime brokerage. Avec l’une des 10 premières banques d’investissement au monde. Il faut au minimum 3 ans voire 5 ans de track record et déposer au minimum 30 millions de dollars de liquidités. Les banques veulent des gros clients.
  5. Un track record audité par l’une des 4 premières firmes d’audit au monde (big four).

Attention aux trades postés sur les réseaux sociaux

On ne voit que des trades rétrospectifs (hindsight) sur les réseaux sociaux, avec des graphiques disant j’ai acheté ici et j’ai vendu ici. Super tout le monde peut le faire !

Le Trade prédictif est quant à lui fourbe. Le trader/formateur particulier poste un graphique en disant “préparez-vous au gros mouvement” à proximité d’un support ou d’une résistance. Il a deux comptes et prends 2 trades contraires sur chacun des comptes puis publie celui qui a fonctionné en disant je l’avais annoncé. C’est un des plus vieux tours qui à l’origine était pratiqué par les brokers dans les années 80-90 qui étaient des brokers conseilleurs. Si vous aviez 100 clients et une idée de trade à l’achat vous n’alliez pas proposer à vos 100 Clients d’acheter: vous alliez proposer à 50 clients d’acheter 50 clients de vendre car votre objectif était d’atteindre 200 clients. Ce qui arrive aujourd’hui est une version modernisée de cet ancien tour car les formateurs sont des brokers déguisés. C’est pourquoi aucun trader professionnel ayant du respect pour sa carrière ne postera un trade, car tous les professionnels connaissent ces vieux tours et savent que ça peut être un trade bidon.

En outre les réseaux sociaux et les pseudos formateurs en trading créent une dépendance qui est à l’exact opposé de ce qu’apprennent les traders professionnels. Il ne faut surtout pas dépendre des idées de trades des courtiers déguisés en formateurs. Un trader professionnel doit venir avec ses propres idées.

Attention aux faux trades industriels

Sock puppets

  • 400 faux compte sur Facebook Twitter Instagram YouTube
  • Recommandations de trade postées sur 80 compes du lundi au vendredi avec des likes de leurs propres commentaires.

Meat puppets

  • La même chose mais depuis l’inde le Bangladesh la Chine et la Russie.

Faux sites web

  • faux sites webs qui ont l’air indépendant et impartiaux avec des commentaires sur d’autres formateurs/traders avec des avis favorables

Faux témoignages et faux site de recommandations

Certains sites vont jusqu’à créer de fausses courbes de performance ce qui est passible du pénal.

Attention aux posts « lifestyle »

  • Louer des maisons sur Airbnb pour la journée et faire la visite pour parler de son succès et de son patrimoine
  • Louer une voiture pour 3 jours et se filmer en faisant plusieurs vidéos qu’on pourra poster plus tard
  • Faire des retrait de cash. S’allonger sur un million d’euros achetés sur le site propmoviemoney.com/shop/
  • Poster sur les réseaux qu’ils veulent vous « inspirer » avec leur vidéo.

Les autres secteurs du trading où les IB agreements créent des conflits d’intérêt

1  Managed Programmes

  • Distinction entre investisseur particulier/sans expérience de l’investissement financier, et l’investisseur sophistiqué/professionnel/avec de l’expérience : seuil de 500000 dollars
  • Seuls les investisseurs sophistiqués peuvent investir dans les hedge funds en général à partir de 1 à 2000000 $.
  • C’est pourquoi certains ont créé des managed programmes pour inciter les investisseurs particuliers à y investir comme dans un hedge fund : le particulier confie son argent à un trader dans un “fond” qui est en réalité un compte de trader particulier avec un broker particulier.
  • Ces programmes sont régulés et on doit signer pour accepter une perte maximum en général 30 % à 70 %. Le problème c’est que la plupart d’entre eux ont un IB agreement avec leur broker. Ie. Conflit d’intérêt. Le particulier investisseur n’est jamais au courant du véritable levier et de l’exposition.
  • 90 % des managed programme perdent de l’argent.

2. Programme de gestion automatisés ou algorithmiques

  • Il y a un compte maître chez un broker et des centaines de compte de particuliers qui répliquent.
  • On lie son compte de trading à un logiciel de trading automatique via une API Application Programming Interface.
  • Les vendeurs de ces programmes ont des IB Agreement. Le broker a juste externalisé les commissions et le spread.
  • 90 % perdent de l’argent

3. Trading social.

  • C’est comme le trading automatique sauf qu’il y a a priori un humain derrière le compte que l’on suit via une API.
  • Les sites de social trading fonctionnent comme des brokers avec leur propre plate-forme les commissions, le spread, le taux d’intérêt et les gains OTC.
  • Il est rarement indiqué quel est le capital géré par les meilleurs traders. Il peut faire un gain de 100 % en une semaine mais c’est peut-être en passant de 100 dollars à 200 dollars utilisant un levier 100 fois… comment faire confiance à cette personne pour gérer 100000 dollars ou un million de dollars ???
  • On pense que le trader est un humain. En réalité la grande majorité des profils de social trading sont faux. 80 % ont été créés par le broker lui-même.
  • Ils sont souvent régulés à travers des lieux géographiques opaques comme Chypre Malte qui ont des régulations imparfaites

4. Les forums

  • La plupart sont détenus par des brokers et les profils sont également faux.
  • Les forums ont des IB agreement avec des brokers.
  • L’objectif est que le trader particulier clique sur le lien publicitaire vers le broker.
  • La promotion de certaines stratégies de trading est assurée directement par le broker encourageant le volume de trading…

CONCLUSION : est-ce que les traders particuliers peuvent gagner de l’argent de façon régulière sur les marchés ?

Réponse : oui à condition de savoir comment l’industrie fonctionne. Comme dans n’importe quelle industrie il faut identifier ceux qui gagnent et les imiter.

Form 10 K et un rapport annuel exigé par la SEC security and Exchange Commission qui donne une situation de la performance d’une société. Par exemple comment Goldman Sachs fait de l’argent puisque c’est là d’où viennent tous les meilleurs traders du monde ???

Il faut regarder entre les pages 95 et 105 pour voir les graphiques indiquant la profitabilité de l’entreprise

En 2015 Goldman Sachs a gagné sur 212 jours et a perdu sur 38 jours sur des pures opérations de trading. Goldman Sachs c’est entre 25 et 50 millions de dollars par jour gagnant. Ils gèrent des portefeuilles de milliards de dollars en laissant des positions overnights très importantes.

Goldman Sachs gagne de l’argent 90 % du temps. Et sur toutes les années…