Faut-il toujours placer un stop ? Faut-il prendre un swing trade?

1°) Variation du compte

p&l arealtrade v2 03 02 2017

2°) Graphes 15M du GOLD vs. EURUSD

15m arealtrade GOLD vs EURUSD 03 02 2017

3°) Déroulement de la journée

Le DAX actuellement en range journalier dans un range hebdo ne m’a inspiré aucun trade intraday. Je publie mon plan DAX pour la semaine prochaine à la suite de cet article.

Par contre mon trading de ces derniers jours m’inspire deux réflexions :

3.1. Faut-il toujours placer un stop ?

3.1.1. Placer un stop est indispensable car il structure le trading. Après avoir défini sa stratégie, il faut établir un plan précis : le placement d’un stop avec un objectif précis permet de définir son rendement/risque. Sur l’ensemble des trades passés, il faut de bonnes probabilités et le rendement/risque est un facteur clé.

3.1.2. Toutefois la volatilité du marché liée à une publication ou un discours attendus peut permettre de retirer temporairement son stop afin de ne pas être stoppé inutilement sur un scénario valide.

Mes deux trades GOLD et EURUSD pris vendredi et représentés ci-dessus illustrent cette situation. Alors même que mon timing était meilleur sur l’EURUSD, j’ai été stoppé de -29p à 14h30 avant une hausse de +50p tandis que mon trade GOLD a tenu.

Je ne voulais pas multiplier mon exposition d’où un stop serré après l’achat EURUSD à 13h34. Mais c’était une erreur avant le NFP : il fallait retirer le stop et attendre une confirmation de la direction haussière ou baissière prise par le marché puis replacer un stop identique, conformément au plan.

Conclusion : il faut toujours placer un stop mais ce stop peut ou doit être mental dans certaines hypothèses :

  1. volatilité attendue liée à une publication économique, un discours
  2. pratique de certains courtiers market makers pouvant aller chercher un stop en dehors des cotations réelles (exemple : cotations nocturnes sur le DAX, mèches nocturnes sur les paires en GBP…)
  3. trading actions avec visibilité du stop

3.2. Pratiquer le swing trading ou l’intraday ?

En l’absence de tendance identifiée, il est impossible de prendre un bon swing sur un actif.

Par exemple, indépendamment de la véracité ou non de mon analyse, si je considère que l’EURUSD doit monter, est-il possible de prendre un swing à l’achat dès maintenant ?

Tout dépend de l’unité de temps sur laquelle l’investisseur travaille.

  • Si c’est en annuel c’est possible avec un stop fixé par exemple à 1,02 sous les précédents plus bas annuels, en considérant certains éléments graphiques et/ou fondamentaux. Mais à un prix de 1.07832, il faut mesurer la taille donc le risque de son exposition. Qui a le temps et les capitaux pour prendre une position de cette nature ?
  • Si c’est en mensuel c’est impossible – au moins graphiquement- car l’EURUSD est sous résistance, notamment à 1.0850. Donc le rendement risque est mauvais.

Restent les unités de temps plus courtes par exemple le journalier et en-dessous.

Comparer les deux achats EURUSD visibles dans le relevé de compte ci-dessus est intéressant :

  1. achat le 02 février 2017 à 14h47 à 1.08223 toujours en portefeuille. Tactique d’achat sur accélération haussière/cassure de range avec ordre conditionnel déclenché.
  2. achat le 03 février 2017 à 13h34 à 1.07417 stoppé à 1.07127 le 03 février 2017 à 14h30. Tactique d’achat sur réaction haussière sur support intraday/journalier.

La clôture EURUSD s’est faite à 1.07832 ce 03 février 2017.

Dans mon post du 02 février j’indique tenir en swing les positions du portefeuille notamment l’achat EURUSD (1 ci-dessus). Mais c’était un mauvais trade, en mensuel car sous résistance comme en journalier puisque le mouvement haussier a été invalidé en intraday. Il fallait sortir au maximum deux heures plus tard en l’absence de confirmation haussière.

Au contraire l’achat du 03 février (2. ci-dessus et visible sur le graphe) était correct concernant le timing et hormis mon erreur concernant le stop loss, le trade serait valide à la clôture.

Conclusion : si le swing n’est possible qu’en tendance ou sur un niveau de prix intéressant (achat sur support, vente sous résistance), en l’absence de ces critères, seul l’intraday ou le scalping sont à pratiquer.

En effet, en intraday ou en scalping, une bonne gestion du risque permet de prendre une taille de position correspondant à la taille de son portefeuille avec un stop à définir. Un bon gestionnaire coupe sa perte sans état d’âme si l’intraday est invalidé (cf. trade 1. qu’il fallait couper) pour se repositionner plus tard sur un nouveau signal (cf. trade 2. qu’il fallait tenir).

Conclusion générale:

Le swing trading n’est possible que sur des niveaux clés ou dans une tendance clairement établie.

En intraday il faut

  • attendre les signaux conformément à la méthodologie apprise
  • toujours placer un stop, par principe physique, par exception mental.
  • couper son trade s’il est invalidé, flat ou en perte, même avant le stop loss initial fixé, pour envisager de se repositionner plus tard sur nouveau signal conformément à sa stratégie.

L’exigence de travailler avec rigueur et discipline, renvoie comme toujours à la maîtrise psychologique du trader, laquelle seule pourra assurer sa réussite à terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *